La recherche

De nombreuses études scientifiques montrent que la plupart des gens présentant un déficit attentionnel souffrent conjointement d’un trouble de la mémoire de travail. La mémoire de travail peut également être déficitaire chez les patients victimes de traumatismes cérébraux ou chez tout adulte vieillissant.

Les recherches confirment par ailleurs le lien entre un déficit de mémoire de travail et de faibles performances scolaires ou professionnelles. A l’opposé, une mémoire de travail efficiente est étroitement liée à une utilisation efficace des capacités intellectuelles.

Un nombre croissant de recherches scientifiques confirme l’efficacité de la méthode Cogmed. Notamment, en 2005, une étude du Professeur Klingberg portant sur des enfants d’âge scolaire ayant un TDA/H a confirmé son efficacité (cohortes de patients traités par Cogmed ou bénéficiant d’un placébo).

Le traitement a eu des effets mesurables et significatifs, tant statistiquement que cliniquement, sur les capacités mnésiques, le contrôle inhibiteur et le raisonnement complexe.

L’importante et durable diminution des problèmes d’attention à la suite d’un entraînement cognitif visant à améliorer la mémoire de travail constitue une percée scientifique importante.

D’éminents chercheurs en Europe et aux Etats-Unis ont reproduit des expériences utilisant la méthode Cogmed. Les résultats ont été présentés lors de plusieurs conférences spécialisées aux Etats-Unis. Pour de plus amples informations sur ces recherches, visitez www.cogmed.com/research